Version imprimable
-A +A

La Ville de Clermont met en place un plan de formation contre l'illettrisme

Le président du Centre national de la fonction publique territoriale, François Deluga, était à Clermont-Ferrand pour signer la convention de partenariat avec le maire Olivier Bianchi.

La Ville de Clermont-Ferrand est la première de France à se lancer dans un partenariat pour engager des formations pour lutter contre l'illettrisme chez les employés municipaux.

Tout juste entrée dans le réseau des villes apprenantes Unesco, la Ville de Clermont-Ferrand devient la première ville de France à engager un partenariat avec le Centre national de la fonction publique territoriale pour lutter contre l'illettrisme chez les employés municipaux.


"Ce n'est pas de la stigmatisation ou rabaisser les compétences du personnel municipal que de dire que, comme partout, un certain nombre de personnes souffrent au quotidien. Elles arrivent à contourner les difficultés par des stratégies d'évitement. C'est pour cela que nous avons décidé de renforcer les compétences de base des agents municipaux."

Les formations en interne ont déjà débuté et vont se poursuivre à destination de l'encadrement parce que "la première mission est de sensibiliser les collaborateurs qui vont devoir faire du repérage", explique Johan Theuret, directeur adjoint à la Ville, chargé des relations humaines. Concrètement, le premier challenge est d'identifier les personnes qui ont besoin de formations :  "Quand ce sera fait, et en fonction des besoins de chacun, on pourra mettre en place des parcours de formation."

Ces formations seront entièrement prises en charge financièrement par le CNFPT a indiqué son président François Deluga, qui a salué "un plan de formation tout à fait exemplaire".

"On est très heureux de participer à ce travail sur l'illettrisme, c'est quelque chose de très important pour le développement personnel, réagit Laurent Vialatte, secrétaire général Unsa à la Ville. On sait que des gens sont concernés mais on ne les voit pas." 

Ville et CCAS comptent un peu moins de 2.000 agents (près de 600 viennent d'être transférés à la communauté urbaine Clermont Auvergne Métropole).

Philippe Cros - Journal La Montagne 02 février 2017